Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 07:23

 
Dès la fin 2008, nous avons pu constater que toutes les communications éditoriales de la nouvelle municipalité de Saint-Méen-le-Grand (via son maire) et de la communauté de communes du Pays de Saint-Méen (via son président) répétaient en boucle : soit "l'état catastrophique des finances", soit "l'irresponsabilité du prédécesseur", soit le non-intérêt des projets précédemment menés...

C'est aujourd'hui une certitude : tout a toujours été faux et, on ne peut que constater, d'un manque total d'objectivité...

Comment expliquer alors l'ampleur de la Manipulation, l'attitude du président et maire Michel Cottard, la gravité de ses mensonges et son acharnement ? 

1. Un comportement inqualifiable !

En dépeignant de façon très noire, une situation que tous trouvaient rose auparavant (la commune et le territoire intercommunal n'ont jamais connu un tel développement dans le passé), a t-on voulu faire croire que tout ne pouvait qu'aller mieux après et ainsi se mettre en valeur grâce au travail déjà réalisé ? Ou a t-on simplement voulu justifier l'absence d'action (à ce jour, le bilan est tristement inexistant : aucun nouveau projet n'a été engagé, seuls existant ceux qui ont pu être poursuivis...) ?

Car rapidement, on s'est réapproprié sans état d'âme les projets et réalisations du passé. Les mêmes qui étaient, il y a peu de temps encore, si critiqués (les plateformes et projets logistiques, les infrastructures d'accueil, le parc de Haute-Bretagne, la réhabilitation de la voie ferrée et sa seml de gestion...) et qui redeviennent source de valorisation !... (De toute évidence, il ne reste plus aujourd'hui qu'à attendre l'annonce providentielle d'une pseudo-"amélioration" et "d'un retour à la normale", pour que la manipulation soit bouclée... CQFD !).

2. La volonté de détruire à tout prix !

Ce que chacun reconnaît comme une "accusation à charge" n'a jamais été réellement et objectivement fondée, uniquement initiée à partir de chiffres incomplets, d'analyses tronquées ou partielles... En résumé, de tout élément pouvant illustrer la triste campagne de vengeance et de destruction menée. La lettre de l'association "l'Echo Mévennais" numéro 1, publiée en juillet 2009, a apporté des réponses et justifications. Aucun démenti n'a pu être opposé.

Plus de 2 ans après,
nous avons tous cru que l'action "positive" prendrait le pas...

Le contenu du dernier journal "Force 9" ne laisse pas penser que les choses ont changé :

- Extrait : "...ses ressources qui ont été mises à rude épreuve les années passées..."
A quoi peut servir cette n-ième précision, toute aussi fausse et injuste que les précédentes, après 26 mois de fonction ?

- Extrait : "Le Pays de Saint-Méen sur les rails..."
Pourquoi être fier aujourd'hui de ce qui était, il y a encore un an, le fait de "l'irresponsabilité du prédécesseur" ? Le projet de réhabilitation de la voie ferrée La Brohinière-Mauron (avec l'ensemble de ses perspectives de gestion), a été entièrement monté, validé et programmé avant 2008. Personne ne demande ici que l'éloge du passé soit fait, mais pourquoi persister ainsi dans le déni et manquer autant de cohérence ?

Avant 2008, l'obstination du Pays de Saint-Méen pour la remise en fonction de cette voie répondait à un besoin réel d'entreprises, ainsi qu'au développement économique pour de nouvelles à arriver. Pourtant, la portion de voie vers Gaël est aujourd'hui inutilisée. Dans l'attente, "Easydis" a conclu un marché routier à partir de la Brohinière.

- Extrait : "A Gaël le parc n'est pas saturé..."
Et pour cause : "GA promotion", l'investisseur toulousain à l'origine de la base "kuehne+Nagel" de Saint-Méen devait aussi construire une seconde plateforme à Gaël en 2009, près d'Easydis. Le compromis de vente des terrains a été signé le 27 mars 2008.

Mais l'entrepreneur "GA" est allé voir ailleurs, enmenant avec lui : la réalisation d'une nouvelle plateforme de 45.000 m2, une centaine d'emplois (source GA / Ouest-France du 04/04/08), un retour sur investissement programmé pour la Communauté de communes, ainsi que toutes les ressources, dont fiscales, induites pour le Pays de Saint-Méen (et la commune de Gaël) ...

- Extrait : "Salesky à Saint-Onen..."
Rappel nécessaire : ce transporteur a choisi de s'implanter à Saint-Onen en 2007, afin de pouvoir servir l'un de ses principaux clients "Kermené". En attendant l'achat du terrain et la construction normalement prévus "dans la foulée des élections municipales" (cf. propos de Jérôme Hervé, PDG, qui s'exprimait le 4 mars 2008 dans Ouest-France), l'entreprise travaillait dèjà à Saint-Méen-le-Grand...

Etc.

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 13:48

 

Vous le savez, Saint-Méen-le-Grand attendait avec impatience un laboratoire d'analyse médicale sur son territoire. Son implantation était au coeur du développement d'une offre de santé déjà riche, mais qui demandait à se concentrer et s'enrichir.

Il y a plusieurs mois - une chance pour la commune et notre canton - le choix est enfin pris. Pour les professionnels de santé du secteur, l'implantation est désormais possible. Le projet est lancé...

Il faut aller vite, le Gouvernement a pour intention de mieux encadrer les professions médicales, dont les laboratoires d'analyses. À Saint-Méen, un compromis de vente est signé au premier semestre 2009 et c'est maintenant au tour de la collectivité (mairie et communauté de communes) de jouer son rôle.

Pourtant, l'histoire s'arrête là ! Car le laboratoire concerné s'est implanté début janvier... à Montauban-de-Bretagne.

Officiellement, une explication nous est donnée par le président de la Communauté de Communes en conseil communautaire : "la faute à l'ordonnance gouvernementale du 13 janvier 2010", qui veillerait, selon le rapport de la Communauté de Communes, à limiter les implantations sur un même territoire. Pas tout à fait exact : le texte complet de l'ordonnance est disponible à cette adresse (détail de l'article 7).

Même si la légitimité de cette explication paraît discutable, l'important est ailleurs ! Quelle que soit la problématique de l'entreprise, pourquoi n'a t-on pas pu lui apporter de solutions (en terme de réactivité, de proposition...). Une solution de secours a été proposée par le territoire de Montauban, pourquoi pas par celui de Saint-Méen ?

Car difficile de revenir en arrière... Peut-on raisonnablement penser que ce laboratoire, accueilli à Montauban (territoire aujourd'hui en pleine expansion), reverra un jour Saint-Méen-le-Grand ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 19:53

Souvenez-vous, après la disparition de la mémoire internet de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Méen et l'arrivée cet été, à point nommé, d'un nouveau site "de remplacement", le vide s'était installé... Depuis octobre, des documents récents sont enfin apparus : essentiellement quelques comptes-rendus de conseils communautaires. Nous nous en sommes d'abord félicités, mais peut-être aurions nous dû éviter d'en prendre connaissance !

Constat n°1 : Les délégués communautaires passent aujourd'hui leur temps à valider des modifications ou corriger des erreurs budgétaires.

Une grande part des délibérations de conseil ne portent que sur des corrections d'inscriptions budgétaires. Plus inquiétant, la présentation qui en est parfois faite est confuse, en opposition avec les écritures comptables associées (voir exemple ci-dessous). Dans une assemblée où devrait se dessiner l'avenir de notre territoire, aucune prospective ne semble être effectuée, aucun projet n'est amené, si ce n'est ceux qui ont pu être poursuivis...

Exemple 1 : (extrait du conseil communautaire d'octobre 2009)
"2009-96 Budget annexe « Parc d'activités de Haute Bretagne » : décision modificative n°1. Il convient d’abonder le chapitre 16 « Emprunts et dettes assimilées », les crédits inscrits au budget primitif n’étant pas suffisants pour faire face au remboursement de capital. En effet, l’emprunt contracté sur ce budget annexe est à taux révisable, les échéances varient en conséquence selon l’évolution de l’index et nécessitent un réajustement des crédits budgétaires.
66111 (D) « Intérêts réglés à l’échéance » - 5 000 €
023 (D) « Virement en investissement » + 5 000 €
021 (R) « Virement du fonctionnement » + 5 000 €
1641 (D) « Remboursement du capital » + 5 000 €..."

Qui a compris à cette lecture : que la variation de l'indice (à la baisse) a permis d'économiser 5000 euros d'intérêts sur le budget 2009 ; que l'échéance de cet emprunt à taux révisable est restée fixe sur la période, permettant de rembourser encore plus et diminuant le capital restant dû. Les chiffres sont clairs, mais les mots ne disent pas la même chose...

Donc une question se pose :
avec cette présentation, les délégués communautaires ont-ils pu entendre la réalité, témoin d'une efficacité oubliée, ou ont-ils reçu une fois de plus le négatif ambiant, si pratique pour justifier le présent ?

Exemple 2 : (extrait du conseil communautaire de décembre 2009)
"2009-115 Budget principal : décision modificative n°8..
Lors du vote du budget 2009, une somme de 320 000 € a été allouée en dépenses pour les travaux de réhabilitation de la voie ferrée la Brohinière-Gaël. Par décision modificative n°8, la somme de 4 000 € a été transférée sur l’opération 208 afin de financer le remplacement des câbles d’éclairage volés sur le parc d’activités de la Ville Mouart à Quédillac, portant de ce fait les crédits à hauteur de 316 000 €....
Lors du vote du budget 2009, une somme de 36 000 € a été allouée en dépenses pour le remplacement de câbles suite à un vol route de Saint-Onen-la-Chapelle ainsi que la pose de 5 luminaires rue Louis Braille à Saint-Méen-le-Grand. Par décision modificative n°1 du 20/04/2009, la somme de 27 000 € a été transférée sur l’opération 206 “ Requalification du Parc d’Activités de Haute-Bretagne ” afin d’intégrer la pose des luminaires au marché de travaux. Suite au vol des câbles d’éclairage sur le parc d’activités de la Ville Mouart à Quédillac, la somme de 4 000,00 € est nécessaire pour permettre leur remplacement..."


Qui comprend précisément ce jeu de transferts, affectant des budgets sans rapport avec les réalisations visées (apparemment suite à plusieurs vols conséquents de chantiers)... La collectivité "maître d'ouvrage" a-t-elle à supporter ces pertes importantes, alors que sa  responsabilité n'est normalement pas engagée avant livraison des travaux ?

Constat n°2 : Le Conseil communautaire de novembre 2009 est passé sous silence.

Ce conseil communautaire s'est tenu le lundi 2 novembre 2009. Et depuis, plus rien (les compte-rendus publiés font le grand saut d'octobre à décembre). Ce soir là, on y a comme d'habitude parlé de modifications budgétaires, mais aussi de corrections d'erreurs associées à la liquidation de la Seml Axécia...

(extrait de l'ordre du jour du conseil du 02/11/2009)
"...
- Rectification d’une erreur matérielle figurant au bilan de la SEML AXECIA
- Décision modificative n°1 du budget annexe « Opérations de Liquidation de la SEML AXECIA »

- Décision modificative n°7 du budget principal
- Décision modificative n°1 du budget annexe R.E.O.M. 
- Congrès des Maires : mandat spécial au Président..."

Pourquoi ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Réflexion
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 10:49

Michel Cadot, préfet de région, a hier (lundi 9 novembre) précisé lors d'un déplacement à Vannes, que l'accord gouvernemental de financement venait d'être donné pour plusieurs travaux routiers importants en Bretagne. L'accord confirme notamment  l'engagement de l'Etat pris en 2007, pour la mise en 2 fois 2 voies d'une portion de la N164, entre Saint-Méen-le-Grand et Montauban-de-Bretagne.

Cette première tranche de travaux devrait d'abord s'effectuer dans la continuité de la voie de contournement de Saint-Méen-le-Grand (sans rejoindre encore complètement la RN 12).

Le financement et le programme des travaux devraient être officialisés dans une quinzaine de jours, à la préfecture de région.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Information
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:41

Les Mévennais et les habitants du Pays de Saint-Méen se posent de plus en plus de questions légitimes... Des réponses leur ont déjà été apportées par des acteurs "responsables" de notre vie locale. Avec la Lettre n°1 de l'association "L'Echo Mévennais", les choses sont remises à leur vraie place...


Les preuves sont avancées

Comment ? Sur le papier d'abord, avec des compte-rendus et budgets disponibles en mairie et Communauté de Communes, contredisant toujours les dernières analyses parcellaires d'élus et les discours où tout se mélange (voir le journal communal "Saint-Méen-en-Grand"). Car l'audit providentiel serait enfin apparu, à point nommé, en juillet... Ne serait-ce pas, par pur hasard, celui réalisé automatiquement depuis 1996 par le Trésor Public, avant l'élaboration de chaque budget ? Si tel est le cas, il serait plus qu'intéressant de savoir ce que pense l'Administration publique de l'interprétation singulière qu'en donnent aujourd'hui nos élus mévennais ?...

Maintenant, nous savons (comme les élus actuels d'ailleurs) que beaucoup ne franchiront pas la porte des administrations pour demander les documents en question. Pour ce faire : Internet était donc là, bien pratique, notamment avec la mise en ligne des anciennes publications de la Communauté de Communes, pour informer objectivement...

Jusque début juillet dernier, tout était encore accessible et disponible :

- Les documents obligatoires d'abord, dont les rapport d'activités de l'établissement public.
- Les journaux "Forces 9" ensuite,  présentant une information crédible et objective de notre territoire, jusqu'à 2008.
- Les articles "Actualité" enfin du site internet, tout aussi objectifs et impartiaux. Soit plusieurs centaines de sujets, véritable mémoire de la vie intercommunale...

Un nouveau site particulièrement "opportun"

À peine trois jours après la distribution de "L'Echo Mévennais", une nouvelle présentation du site internet de la Communauté de Communes était mise en ligne dans la précipitation (alors qu'on annonçait officiellement l'évènement pour la fin du mois). Rappelons-nous que les habitants du Pays de Saint-Méen était justement invités dans le document distribué, à consulter les rapports d'activités sur Internet...

Les plus observateurs ont de suite remarqué que cette refonte reprenait intégralement l'ancien site : aucune mise à jour, une architecture conservée, des vides en plus et surtout beaucoup d'information utile en moins (celle qu'on attend justement d'un site Internet)...

Mais l'important n'est pas là ! À l'occasion de ce changement, toute la base de données "Actualités" et "Publications" de l'ancien site a purement et simplement été supprimée, balayant d'un coup de baguette magique une mémoire devenue semble t-il trop dérangeante. Sans doute, un nouvel effet de "transparence" !

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 20:28


Pour se mettre en valeur, le premier magistrat mévennais a le sens de la formule. Cependant, plus de 10 mois après les élections,la critique continue, acharnée et mensongère de Michel Cottard, nouveau maire et président de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Méen-le-Grand, a des limites !

À la lecture de tous ses discours et communiqués de presse (Hebdo d'Armor du 17/01/09 - Ouest-France du 29/01/09...) se multiplient toujours et encore les mensonges, mais également les diffamations à l'encontre de Bernard Josse, ancien maire et de son équipe.

Aux Mévennnais n'aura pas non plus échappé un soudain revirement. Il y a encore quelques semaines, la nouvelle municipalité s'accordait le mérite de réalisations valorisantes, comme la remise en service de la voie ferrée, la rénovation du clocher de l'abbatiale, la construction de la 3ème plateforme logistique du canton "Khune + Nagel"...

Et puis, entre temps, est paru un article informantde l'honorariat de Bernard Josse (nommé par le Préfet maire honoraire) etsaluant son travail. Sans reprendre la liste des actions réalisées depuis 13 ans, celui-ci osait parler de quelques uns de ses derniers projets.

Résultat : en moins de 15 jours, la plupart de ces mêmes projets, autrefois valorisants, sont comme par hasard devenus coûteux et mal venus pour la commune. Et, comme cela ne suffisait pas, l'action de l'ancien mairea étéqualifiée..."d'inexistante", sa gestion"d'irresponsable" !

Qu'importent l'énormité des mensonges et la vérité, si la formule permet de faire oublier la réalité...

Mais que se cache t-il derrière cette entreprise si peu glorieuse età quoi cela peut donc bien servir?


Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion

Accueil

  • Demain, quel Saint-Méen ?  le blog

  • Un outil d'information, de réflexion sur la vie mévennaise...

Recherche