Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:54

 

Le retrait d'une grande partie des pouvoirs du maire de Saint-Méen-le-Grand, fin octobre, et notamment de sa délégation de représentation au sein de la Communauté de communes, ont entraîné d'office son éviction du Conseil communautaire, où il siégeait depuis avril 2008 comme président.

Résultat immédiat : un retour complet à la case départ pour la Communauté de communes du Pays de Saint-Méen-le-Grand, où hier soir, on ré-élisait le président, les vice-présidents et le bureau.

Ce lundi 12 novembre 2012, le Conseil communautaire ressemblait donc étrangement à celui d'avril 2008 de début de mandature, à une différence près...

À l'époque, 2 candidats postulaient à la présidence, avec le résultat que l'on connaît :
1. Michel Cottard, alors nouveau maire de Saint-Méen,
2. Hubert Lorand, conseiller municipal de Quédillac et vice-président de 2001 à 2008.

Hier soir, Hubert Lorand a été élu président à l'unanimité, à 25 voix sur 27. 

Un choix cette fois clair et net, en opposition au regrétable « partage de pouvoir » d'il y a 4 ans et 1/2... Les yeux « grands ouverts », face au désastre qu'il va falloir maintenant inventorier, l'assemblée communautaire a certainement fait le meilleur choix pour le territoire.

Les plus critiques regretteront, certes, que la décision intervienne bien tard. Espérons pourtant que cette difficile page de l'histoire du canton se tourne définitivement. Car tout reste à faire ou à re-faire pour rattraper le temps perdu et surtout corriger la longue liste des mensonges écrits et entendus depuis 2008... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 09:02

 

Comme chaque année à même époque, ASO (organisateur du Tour de France Cycliste) dévoile son parcours.

En 2013, l'épreuve sillonnera les routes de France, pour sa centième édition, du 29 juin au 21 juillet. Elle sera pour les Mévennaises et les Mévennais, l'occasion de renouer avec la prestigieuse "Grande boucle".

La 10è étape de cette cuvée re-traversera une nouvelle fois la commune le mardi 9 juillet (Saint-Gildas-des-Bois > Saint-Malo). Coïncidence, elle passera juste, jour pour jour, 7 ans après le Départ de la 8è étape Saint-Méen-le-Grand > Lorient (donné le dimanche 9 juillet 2006, lors d'un grand week-end de fête à la mémoire de Louison Bobet et de sa famille).

Voilà qui pourrait, on l'espère tous, re-faire parler positivement de la commune, au moins le temps d'une journée...

 

tour2006_stmeen.jpg

Résumé de la course en vidéo (Journal France 2 / INA). Retransmission de la 8ème étape du Tour de France, une étape de 181 kilomètres entre Saint-Méen le Grand et Lorient.

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 16:06


Triste histoire, triste attitude...

On pourrait tous en rire, si l'avenir de Saint-Méen, et au delà, celui du canton, n'était pas en jeu !

Ni majorité, ni opposition d'ailleurs au sein du conseil municipal, seul un "difficile" sac de noeuds (d'intérêts diverses et variés, tous bien éloignés de l'intérêt général), avec des ficelles que personne ne sait apparemment aujourd'hui par quels bouts prendre.

Michel Cottard, celui par qui tout est arrivé, s'explique ce mercredi dans Ouest-France. La stratégie du "moi victime" et "seul contre tous" est à nouveau en marche.

 Lire l'article Ouest-France - Edition départementale du 09/10/2012 : A Saint-Méen, le maire seul et contre tous...

lemaireseul

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 14:53

Malgré les nombreuses alertes émises depuis presque un an sur la fiabilité de la reprise du site Entremont à Saint-Méen-le-Grand par des Pakistanais. Malgré la faillite de la société suédoise "Amanat Nawaz Rice" créée par Makhdoom Abbas, également propriétaire de "Zeb Rice Ltd" au Pakistan et directeur général de "Aama Agro Produit" à Saint-Méen. Malgré les pratiques très douteuses de ce dirigeant au Canada (Manitoba) qui a mené exactement la même opération ayant conduit à l'abandon d'un site de plusieurs millions de dollars payé par les contribuables. Malgré une cessation de paiement de la société mévennaise actée le 1er décembre 2011 et une liquidation judiciaire prononcée le 04 avril 2012...

Pourquoi la Communauté de Communes, promoteur de la reprise, n'a t-elle pas réagi ? Pourquoi a t-on encore laissé faire et fait perdurer une situation qui pouvait difficilement être ignorée ?

Dans cette histoire, les contribuables du Pays de Saint-Méen, une banque, mais aussi des entreprises, des commerçants floués... devront payer ! De petits artisans ne reverront jamais leur argent, ni même le matériel qu'ils ont livré jusqu'en mars 2012 à une entreprise que chacun croyait soutenue par nos politiques.

Incroyable : à Saint-Méen, il faudra attendre le conseil communautaire du 11 juin 2012 pour qu'une délibération porte enfin sur une possible résolution de la vente du site, sans aborder ni les circonstances, ni toute autre information. Dans le compte-rendu remis à la presse, les enjeux de cette délibération seront ignorés !

L'omerta semble donc localement de rigueur, alors que dans le reste de la Bretagne, les média d'investigation et économiques se font un écho assez précis de la situation :

- Ouest-France Entreprise, jeudi 12 juillet 2012 : "Pas de reprise du site Entremont à St-Méen. Promesses d'investissement, plus de signe de vie"...
- Mensuel de Rennnes, 11 juillet 2012 : " Fiasco et passé louche d'un mystérieux investisseur pakistanais".

mensuel.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 17:25

 

Le dernier numéro du journal "Force 9", de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Méen, sert cet été encore de tribune à son président : rien de nouveau ! Comme à l'habitude, nous y constatons plusieurs vérités "tronquées"...

Ne doutant pas que ces erreurs sont toujours commises de façon involontaire, nous nous permettons d'apporter les précisions nécessaires, afin de lever tout équivoque.

Dans l'éditorial "Offrir les conditions d’accueil propices à l’installation de nouvelles entreprises", il est écrit :

- "C’est là l’objectif de l’aménagement du Parc d’activités de Haute Bretagne en entrée de ville de St-Méen-le-Grand. Engagés en 2009 avec l’implantation de la plate-forme logistique exploitée par Kuehne et Nagel..." (M. Cottard).

Voici les précisions et oublis :

1. La création, l'aménagement et la requalification "Bretagne Qualiparc" du Parc de Haute-Bretagne sont antérieurs à 2008 (voir le document de la CRCI édité en 2005  et la chronologie "projet" ci-dessous).

qualiparc

Pour être exact, seuls les nouveaux blocs-murets en pierre de la rue Louison Bobet (sous grillage métallique), ainsi que la mise en chantier des travaux postérieurs à 2008, sont à mettre à l'actif de Monsieur le Président.

2. Malgré le sous entendu, l'implantation de "Kuehne + Nagel" (comme l'ensemble des implantations majeures et projets de développement économique du territoire) n'a rien à voir, ni de près ni de loin, avec l'action de l'actuelle mandature. Tout ayant été négocié, décidé et réalisé avant 2008.

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 23:00

 

Au moment où les différents municipaux défraient la chronique mévennaise, se joue, en coulisse, un épisode au combien plus dramatique pour la Communauté de communes du Pays de Saint-Méen-le-Grand.

Il y a 4 ans, a été crié haut et fort par son président, que la Communauté de communes était en difficulté et qu'un "sauveur" était né !

Aujourd'hui, la tromperie est avérée...

Reste donc une question légitime, à laquelle personne ne semble vouloir répondre : Pourquoi une telle dérive et surtout l'absence de réaction interne, alors que chacun devait connaître, au sein de la Communauté de Communes, la vérité ?

Oui, en 2007, la Communauté de Communes avait beaucoup investi pour faire venir des entreprises (Easydis, Perrenot, Salesky, Kuehne + Nagel...). À la différence de la comptabilité de toute société, celle des collectivités territoriales ne valorise pas les actifs. La valeur des investissements productifs réalisés, les stocks (les réserves de terrains notamment) destinés à être vendus dès les entreprises arrivées, n'apparaissent pas dans les comptes. On s'est donc servi en toute connaissance de cause de chiffres extraits, obligatoirement déficitaires, pour affirmer que la Communauté de Communes manquait d'argent. Alors même que cet argent était présent, certes non disponible, mais bien là.. prêt à oeuvrer pour continuer à enrichir tout le canton, à condition bien sûr de suivre et maîtriser les dossiers et de continuer à travailler !

Mais tout le travail réalisé avant 2008 s'est arrêté. La troisième plateforme logistique d'envergure (plusieurs centaines d'emplois), investissement de la société toulousaine GA, dont le compromis de vente des terrains a été signé le 27 mars 2008 en présence des investisseurs et de Maître Patard, n'a jamais vu le jour comme prévu à Gaël. Même sort pour un quatrième grand équipement logistique prévu à Saint-Méen, planifié dans les rapports officiels du Groupe GA pour une livraison dès 2010...
La Seml (Société d'économie mixte pour le développement local) "Axécia", contre toute logique (hormis celle du président de la Communauté de communes et ses proches), a été liquidée en se débarrassant des actionnaires institutionnels, de son directeur et de tous les projets restants déjà bien avancés.

Rien n'est donc rentré (en recette), autant en argent qu'en résultats, richesse, emplois et développement pour le territoire. Seul l'endettement a baissé, puisque les emprunts ont continué à être remboursé.

Le 26 mars 2012, coup de grâce...

Lors de ce conseil communautaire : les délégués ont appris que la vente du site Entremont avait tourné au fiasco ! Une réalité qui pourtant n'aurait dû étonner personne, prévue et annoncée...

Avant même la signature de l'acte de vente, tous les marqueurs étaient au rouge...

- La société suédoise devant travailler et investir à St-Méen avait fait faillite. / 2010 : "Sunbelt Group a confirmé que Amanat Nawaz Rice a fait faillite. La société suédoise a été créée en 2004 par Makhdoom Abbas, également propriétaire de Zeb Rice Ltd au Pakistan" (source www.winklertimes.com)


- Alors que l'on annonçait en "grand pompe" des investissement de plusieurs millions d'euros, aucun fonds propre n'était visiblement apporté. Une SAS (société de droit français) était créée à la Maison du développement début 2011, avec seulement 1.000 euros de capital !

- Enfin, l'histoire se répétait. La même société Zeb Rice Ltd, avec exactement les mêmes dirigeants qu'à St-Méen, venaient de faire construire au Canada (Manitoba) une usine de plusieurs millions de dollars aux seuls frais du contribuable. Là aussi, tous les emprunts d'équipement auprès des banques avaient été contractés sans apport. Personne n'est jamais venu, l'usine à l'abandon. / "Le site une fois construit, ils ne sont pas venus... Une usine sabordée quand la firme pakistanaise a fait faillite..." (Source www.winnipegfreepress.com).

Comment, le 26 mars dernier, peut-on annoncer, sans explication ?

"Constitution d’une provision pour risque d’impayés... la situation est inquiétante...".

Et pour cause, le propriétaire qui a pris possession des lieux depuis 1 an, et à qui on a vendu le site, en dessous de sa valeur et à terme (par tranche jusqu'à fin 2013), n'a rien payé, ni charge, ni bien, ni impôt foncier... Et qui ne paiera rien, puisque parti "à la cloche de bois", emmenant apparemment dans sa fuite tout ou partie des équipements du site.

Aujourd'hui, faisons les comptes pour ce seul dossier "Vente du site Entremont" !

1- 300.000 euros non payés : soit les 2 premières tranches 2011 et 2012 que le budget en cours devra financer (source Communauté de communes).
2- Des impôts fonciers dûs (15.500 euros) qui seront aussi à retirer du budget (source Communauté de communes).
3- 300.000 euros de solde qui ne seront jamais payés (le Tribunal de Commerce de Rennes a prononcé le 04 avril la liquidation judiciaire, la cessation de paiement a été établie le 1er décembre 2011).

4- Près de 100.000 euros de loyer annuel (source budget 2009) des sociétés locataires aujourd'hui parties.
5- Des pertes à chiffrer, si le vol d'équipement sur site est constaté.
6- Un bien (dépouillé et impayé) qui pour l'instant n'appartient plus à la communauté de communes. Retour donc à la "case-départ" (les pertes en plus), avec un calendrier et une destination de l'infrastructure plus du tout maîtrisés par la collectivité !

Ajoutons à cela :

- Les dommages demandés par l'ancien propriétaire Entremont qui s'est opposé à la liquidation de la Seml Axécia. Délibération 2010-56 (Conseil du 06/09/2010). "Le Tribunal de Commerce de Rennes du 27 avril 2010 a fait droit à la demande d’opposition de la Société ENTREMONT ALLIANCE à la dissolution de la SEML AXECIA et a condamné la Communauté de Communes à payer le solde du prix de la vente du site AGROPARC, soit 300.000 euros majoré des intérêts au taux légal courant depuis le 26 juin 2009 ", soit 21.296,00 euros...

- 70.000 euros de frais pour offrir une nouvelle centrale énergie à la Société Prim'Nature. Délibération 2011-1 (Conseil du 24/01/2011). "En vendant à la SCI AAMA HOLDINGS la centrale énergie, la Communauté de Communes retire à la Société PRIM NATURE l’accès à l’énergie dont elle a besoin pour son activité commerciale. Dans ces conditions, la Communauté de Communes consent à participer financièrement à la réalisation d’une nouvelle centrale froid sur la propriété de la Société PRIM NATURE pour un montant total de 70 000 euros."


Un mois plus tard, l'affaire est passée totalement sous silence à la Communauté de communes, elle n'a pas été abordée lors du dernier conseil du 23 avril...

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 00:00

 

L'année 2012 commencée, nous pouvons aujourd'hui juger objectivement 4 années "d'action" de la municipalité mévennaise et de la Communauté de communes du Pays de Saint-Méen-le-Grand.

L'heure du bilan a sonné... il est désastreux, tant sur l'attitude et les comportements observés (du ou des responsables locaux), que sur l'absence totale de résultat !

Envié il y a quelques années encore par tous (pour son développement démographique, son développement économique, ses initiatives innovantes, ses projets et sa prospective...) le Pays de Saint-Méen-le-Grand est devenu le SUJET D'INCOMPRÉHENSION des territoires voisins.

Nous avons d'abord suscité (avec les actes et discours de notre maire et président de communauté de communes) l'interrogation ! Pourquoi donc, dès 2008, détruire et nier le travail réalisé durant 7 ans pour le développement de la commune et du canton ? Pourquoi ne pas utiliser les investissements offerts, les projets initiés, les infrastructures en place... tous ces efforts qui avaient permis de hisser le territoire parmi les zones les plus créatrices d'emplois et de richesses du département ?

En trompant, en cachant la réalité, en oubliant de préciser que les dépenses critiquées étaient productives, on s'est efforcé de faire croire que nos collectivités avaient besoin d'être redressées, que "les marges de manoeuvre étaient étroites" ! Une facilité ou fausse rhétorique que l'on retrouve, sans embarras et encore aujourd'hui, dans chacun des discours ou éditoriaux officiels.

Si une cohérence est donc à retenir de ces 4 premières années de mandat, nous ne garderons en mémoire que celle de la destruction. Quand les projets et structures en place n'ont pas été cédés ou bradés, ils ont été laissés à l'abandon, sans suivi et sans valorisation... en ne récoltant évidemment aucun fruit, puis en affichant fièrement les charges restantes !

Après 4 ans de mandat, voici donc le triste constat :
1. Aucun nouveau projet initié, et encore moins réalisé.
2. Ce qui a été quand même conservé, n'a pas pu être correctement mené.
3. Ce qui a été détruit a été au plus vite enterré.
4. Ce qui devait être générateur de valeur ajoutée est devenu passif.
5. La division est devenue règle au sein de chacun des 2 conseils (municipal et communautaire).

Pourrons-nous nous offrir le luxe d'attendre 2014 ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Réflexion
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 16:09

 

Le préfet d'Ille-et-Vilaine a dévoilé* hier mercredi 4 janvier 2012 la nouvelle carte de l'intercommunalité dans le département. En avril dernier, son projet de fusionner les 5 Communautés de communes du Pays de Brocéliande avait reçu un accueil plutôt mitigé des 5 territoires concernés. Le Pays de Saint-Méen, via son président Michel Cottard, avait alors pris sa plus belle plume pour fustiger ce mariage à 5 !

Depuis, la proposition du Préfet est restée lettre morte, 3 EPCI (CC de Montfort, Plélan, Bécherel) ayant résolument demandé de ne pas étendre leur périmètre actuel... les 2 autres "Saint-Méen" et "Montauban", envisageant une "possible réflexion de coopération". Il y a 1 mois, Michel Cottard nous expliquait ainsi qu'une alternative pouvait être proposée... Une étude serait d'ailleurs lancée pour répondre, selon lui : "oui ou non à la fusion". Le président mévennais n'hésitant pas à écrire : " la démarche intercommunale est le fruit d'une longue évolution et il ne s'agit en aucun cas de brûler les étapes..." (source Force 9, Automne 2011, page 8).

Nous sommes actuellement en période de voeux, et, restant optimiste coûte que coûte, nous pouvions donc espérer compter, pour une fois, sur un peu d'objectivité et et de transparence... Hier, en dévoilant clairement et officiellement la nouvelle carte de l'intercommunalité dans le département, Michel Cadot, préfet d'Ille-et-Vilaine, est venu contredire les propos de notre président de Communauté de communes. Car si une étude est bien lancée, celle-ci n'est semble t-il pas là pour aider à répondre si oui ou non la fusion se fera, mais comment elle se fera !

Un calendrier ferme et définitif :

1- Les Communautés de communes de Montfort et de Brocéliande (Plélan-le-Grand) resteront inchangées.

2- "La fusion-extension de la Communauté de communes du Pays de Saint-Méen avec celle du Pays de Montauban sera effective au 1er janvier 2014. L'entité ainsi créée (Pays de Montauban-St-Méen-le-Grand) accueillera Irodouër et Saint-Pern".

Aujourd'hui, il est triste de constater que ce rapprochement des 2 territoires, s'il n'a rien d'incohérent, tombe bien mal pour "Saint-Méen". En 4 ans (depuis avril 2008), les choses ont bien changé ! La position de faiblesse et l'image désastreuse donnée par la Communauté de communes du Pays de Saint-Méen n'offrent plus les meilleures conditions pour négocier et contracter. Pour faire simple et pour reprendre la symbolique du mariage si fréquemment utilisée, le Pays de Saint-Méen aura malheureusement dans cette union officiellement validée, bien plus à perdre qu'à y gagner !

(*) : Le plan a été présenté en préfecture par le préfet et par les représentants de la Commission départementale de coopération intercommunale CDCI (voir article Ouest-France "La réforme des collectivités franchit un cap important". Rappelons que Monsieur Michel Cottard est, à sa demande, membre du 3è collège de la CDCI depuis avril 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:26

 

Les habitants du Pays de St-Méen ont dernièrement pu découvrir avec surprise, dans leur journal communautaire "Force 9 (déc. 2010)", que l'éditorial du président de la Communauté de communes Michel Cottard, richement écrit, plagiait intégralement  le travail de l'éditorialiste* et PDG d'Ouest-France, Monsieur François-Régis Hutin.

"Comment en est-on arrivé là ?" Comment expliquer que le capitaine et référent d'un territoire use de telles méthodes, de la copie et de la tromperie, pour se mettre en valeur...

Ce qui apparaît aujourd'hui au grand jour et sans équivoque, ne serait-il pas que la partie émergée de l'iceberg, malheureusement révélatrice des valeurs et du comportement que nous observons tous depuis avril 2008 ?

Le 24 janvier 2011, lors du Conseil communautaire, la question a été clairement posée par un élu délégué (au nom de plusieurs autres).

Aucune explication n'a été donnée par le principal intéressé...

(*) dans l'édition nationale du 25 septembre 2010.

plagiat

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 11:40

 

Vous avez pu le voir dans la presse, l'Hôpital Local de Saint-Méen-le-Grand n'a plus de directeur, depuis le départ récent de François Ponchon* (à la tête de la structure depuis janvier 2005). Pour être exact, l'établissement dispose aujourd'hui d'une direction commune, l'actuel directeur de l'Hôpital de Montfort-sur-Meu, Bruno Hervio, venant d'être promu pour assurer les 2 fonctions.

À ce jour, la transition est passée inaperçue. L'essentiel de l'information à la population s'est fait dans 2 articles Ouest-France, cherchant de toute évidence d'abord à rassurer les Mévennais sur "la complémentarité des établissements et sur leur non-concurrence". Pourtant, comme on peut le lire dans l'article paru sous Montfort-sur-Meu le 25/01/2011, Madame le Maire de Montfort (également présidente du Conseil de surveillance Montfortais) s'est félicitée de cette nomination, en saluant légitiment la promotion de son directeur : "C'est la reconnaissance des compétences de toute l'équipe..."

Une question se pose alors : à Saint-Méen-le-Grand, le président du conseil d'administration de l'hôpital (Michel Cottard, aussi maire) s'est-il battu pour son équipe (comme l'ont fait ses prédécesseurs) et va t-il se battre pour conserver un directeur Mévennais ? Car s'il s'agit officiellement, à date (décembre 2010) d'intérim, personne n'est dupe : la situation s'oriente déjà (comme indiqué par B. Hervio, cf. article OF) vers une direction montfortaise définitive. Réponse dans les mois à venir !...

N'oublions pas que notre Hôpital Local constitue un des principaux atouts de notre commune et de notre canton, et qu'il s'agit du premier employeur de la ville...

Malgré la concentration des services de soins, l'hôpital local de Saint-Méen fait partie des grandes structures présentes dans le département. Il s'est fortement développé durant les mandatures précédentes : comme avec la création de lits de Sclérose en plaques depuis 2002, le service de portage de repas à domicile... ou la rénovation du bâtiment de la Maison de retraite "Les Rosiers" lancée en 2007 (programmée dans le Projet d'établissement 2006-2010 et validée dans le Contrat Pluriannuel d'Objectifs et de Moyens signé le 6 avril 2007).

Et tout ça devait continuer ! L'Hôpital local mévennais avait toujours de grands projets, comme la création "de lits" pour les malades souffrant d'Alzheimer, ainsi que pour l'accompagnement des personnes en fin de vie. Ces 2 dossiers importants, menés depuis 2005, devaient voir le jour dans la commune... un projet similaire était aussi envisagé à Montfort-sur-Meu.

Pourtant : seuls les lits de Montfort ("Alzheimer" et "fin de vie") ont bien ouvert en 2010 (plus ceux de la MAPA d'Iffendic).

Qu'en est-il de ceux (26 lits Alzheimer) prévus à Saint-Méen-le-Grand ?...

Prévision d'ouverture de lits Alzeihmer sur le Pays de Brocéliande (source CAUDEHM en Brocéliande - mai 2007) :
- création d’une unité Alzheimer de 12 places à la MAPA d’Iffendic
- création d’une unité Alzheimer de 25 places à l’Hôpital local de Montfort
- création d’une unité Alzheimer de 26 places à l’hôpital local de Saint Méen.

(*) François Ponchon est depuis janvier directeur du Centre Hospitalier des Andaines à La Ferté-Macé (Orne).

Partager cet article

Repost 0
Published by Demain, quel Saint-Méen ? Information, réflexion - dans Information

Accueil

  • Demain, quel Saint-Méen ?  le blog

  • Un outil d'information, de réflexion sur la vie mévennaise...

Recherche